Nos éditions et +

Tous les artistes

Suite ...

HUMAIR Daniel : PEINTURE LET ME GET GREASY CRAZY- DANIEL HUMAIR

PEINTURE LET ME GET GREASY CRAZY- DANIEL HUMAIR
Prix
3,000.00 € 
(Foreign countries : without V.A.T – Without frame)
Artiste
HUMAIR Daniel
Technique
Peinture originale signée
Peinture ou dessin
Peinture
Support / Matériau
Papier
Format (cm)
50x65 cm

Biographie de HUMAIR Daniel

Daniel HUMAIR

Né le 23 mai 1938 à Genève, Suisse.

 

Daniel Humair est considéré comme l’un des meilleurs batteurs de jazz du monde. Parallèlement à sa carrière musicale, l’artiste poursuit une intense activité de peintre depuis 1963. A 16 ans, le batteur autodidacte rafle ses premiers prix. A 20 ans, il rallie Paris pour vivre pleinement sa passion du jazz. Là, il se frotte aux meilleurs musiciens de l’époque comme Don Byas, Chet Baker ou Eric Dolphy. En 1959, il commence une longue collaboration avec Martial Solal puis se lance dans l’aventure des trios.

 

De tendance expressionniste abstraite, sa peinture est présentée par plusieurs galeries internationales et peut-être vue dans de nombreuses collections publiques ou privées. Son intérêt pour les rapports entre les arts visuels et la musique lui a permis de participer à l'enregistrement de nombreuses musiques de film ou de télévision en tant que compositeur ou soliste.

 

"La connaissance et le savoir, seuls, donnent la juste note. Pour la peinture, il en est pour lui, de même : tout s'y enchaîne, comme une partition. Certes, le peintre travaille différemment, seul, dans le secret de l'atelier, où le repentir est possible, alors que le musicien, lui, est en public."

Gilles PERSIN

 

Il est prudent de ne pas se laisser aller trop vite à établir la relation entre sa peinture et le jazz. Daniel Humair est pour le moins réservé sur ce point. Il est pourtant tentant de comparer l’acte du musicien et le geste du peintre. Il est séduisant de mettre en symétrie l’improvisation sans repentir du jazzman et le contrôle du peintre. Il est, enfin, légitime de mesurer la solitude du peintre face à l’action en groupe du batteur de jazz.

Mais Daniel Humair ne veut pas être considéré comme un musicien qui fait de la peinture. Il est peintre à part entière quand il travaille dans l’atelier.

Souvent des peintres grands amateurs de jazz (je pense par exemple à James Pichette ou Jean Miotte) ont aimé faire passer le jazz dans leur peinture. Il me semble que Daniel Humair s’inscrit, lui, dans une intégration de l’histoire de la peinture qu’il aime tant, pour produire sa propre œuvre. Il a fui ce qui aurait pu passer pour une facilité, compte tenu de sa double vie d’artiste, pour jouer sur les deux tableaux.

 Expositions personnelles :

           Daniel Humair expose ses peintures depuis 1965 dans toute la France et également   en  Suisse 

2000 Box Gallery,Tokyo

Villa Tamaris, La Seyne sur Mer

Galerie MR, Angoulême

Centre d’Art contemporain, Noyers sur Serein

 

2001 Galerie Vieille du Temple, Paris

Centre d’Art contemporain, Bagneux

Centre d’art contemporain, Uzes

 

2002 Galerie Remy Bucciali, Colmar

Galerie Nelly Leplattenier, Lausanne

Galerie Nelly Leplattenier, La Chaux de Fonds

 

2003 Galerie Eric Linard Garde, Adhemar

Galerie La Passerelle, Auxerre

Galerie Nicole Buck, Strasbourg

 

2004 Galerie St Pierr, Limoges

Maison de la Culture, Niort

Affiche Roland Garros, Paris

 

2005 Galerie Le Garage, Orléans

Médiathèque, Orléans

Galerie MR, Angoulême

 

2006 Centre culturel l’Alan, Montbéliard

Centre culturel, Cosne sur Loire

Affiche Palais Idéal du Facteur Cheval, Hauterives

 


Il est d'abord nominé au grade de chevalier avant d'être nommé officier des Arts et des Lettres par le gouvernement français en 1992.

 

Des prix :
En 1987, il obtient le grand prix du Jazz décerné par la Sacem, le prix Charlie Parker de l'Académie du disque et le prix in Honorem de l'Académie Charles Cros pour l'ensemble de sa carrière. Dix ans plus tard, il est élu musicien européen de l'année par l'Académie de jazz et enfin en 2000, les Victoires de la musique l'accueillent dans sa famille.