Nos éditions et +

Tous les artistes

Suite ...

KIM Minjung : AIGRETTE aquatinte de KIM MIN JUNG

AIGRETTE aquatinte de KIM MIN JUNG
Prix
680.00 € 
(Foreign countries : without V.A.T – Without frame)
Artiste
KIM Minjung
Support / Matériau
Rives
Format (cm)
56x76 cm

oeuvre faisant partie de la série "encre et bleu"

le concept de la couleur bleue est basé sur la rencontre de la peinture occidentale et la nature sacrée de la peinture orientale.Minjung Kim utilise le bleu en une harmonie paisible

Biographie de KIM Minjung

MINJUNG KIM

 

 

 

 

Née en 1962 à Gwangju, Corée.

 

 

1980 BFA, peinture orientale à l'Université de Hong Ik à Séoul

 

1985 MFA, à l’Université Honk Ik, Séoul

 

1991 Étudie à l'Académie de Brera à Milan

 

 

Habite et travaille actuellement en Italie, en France et aux Etats-Unis.

 

Dès l'âge de six ans, ses parents souhaitent qu'elle étudie la peinture et la confie à divers professeurs, y compris le célèbre aquarelliste Yeongyun Kang. Entre treize et vingt-neuf ans, elle apprend la calligraphie orientale. Cette dernière lui a permis de comprendre les préceptes fondamentaux de la tradition asiatique. Comme Giangiorgio Pasqualotto le décrit dans un brillant essai, la particularité de l'écriture orientale « se situe dans le fait qu'elle peut concevoir non seulement la structure de chaque objet, mais également, et surtout, l'action, la puissance active et l'efficacité, que l'objet contient et expose, que celui-ci soit matériel ou conceptuel. Cette capacité de rendre évidente l'activité ou l'efficacité d'un objet est en harmonie parfaite avec la manière dont la culture chinoise - Tao classique - a très tôt appréhendé l'univers. Elle a en effet toujours considéré le réel, non pas comme ensemble d'objets, mais comme univers infini de processus : sur la base de cette conception du monde, tout, y compris les objets apparent inertes, est investi avec une puissance active, une énergie qui n'est pas secondaire à son existence » (G. Pasqualotto, La via delta scrittura, 1992).

 

L'étude de la calligraphie n'a pas simplement doté Minjung Kim de cette vision du monde mais elle lui a également enseignée à communiquer avec le médium extrêmement contraignant de la brosse, qui « creuse des rigoles » qui canalisent l’encre sur le papier. Quand en 1980, elle s'inscrit à l'université de Hong Ik à Séoul, Minjung Kim a déjà eu une éducation artistique très poussée, complétée par l'étude détaillée de la peinture orientale avec comme maîtres : Taejin ha, Sunam Song et Sukhchang Hong. En 1985, elle entreprend dans la même université une maîtrise suivie d’une thèse sur les quatre matières premières dans la peinture à l’encre (papier de riz, brosse, encre et pierre de meulage). En 1991 elle se rend en Italie et s'inscrit à l'académie de Brera à Milan. Elle y étudie moins les fondamentaux de la peinture européenne, qu'elle avait déjà abordé à l'université en Corée, que l'analyse des travaux des artistes occidentaux qui, durant le 20ème siècle, ont étudié la peinture orientale. En particulier ceux de Paul Klee et Franz Kline qui l'ont incitée à approcher une nouvelle tendance esthétique loin de la tradition figurative de son pays d'origine. Elle se dirige vers une recherche sur la valeur expressive des marques et des maculas, deux éléments stylistiques qui combinent parfaitement le « processus-base de la vision du monde » (asiatique) et la capacité « de creuser des rigoles d'énergie », qu'elle a apprise dans son étude de calligraphie. Ce changement de direction a été également dicté par les cours qu’elle suivait à l'académie de Brera auprès de Maurizio Bottarelli et de Diego Esposito, duquel Minjung Kim a appris les fondements des concepts d'avant-garde et de la liberté expressive qui caractérisent les tendances artistiques plus récentes.

 

Son exploration de la corrélation entre les techniques et les conceptions orientales et occidentales continue en dehors de l'académie. Dans son travail de peinture - qu'elle exécute toujours sur le plancher en accord avec la tradition orientale, parce que littéralement et métaphoriquement le plancher est le soutien de base de toute peinture –Minjung Kim tend à employer des aquarelles de plus en plus concentrées afin d'exprimer efficacement l'intensité que les couleurs contiennent. En outre, dans ses travaux de 1998 sur des couches de papier superposées, dont elle a brûlé des sections pour produire un effet en trois-dimensions. Elle fournit ainsi au regard une dimension chronologique, en symbolisant la stratification du temps par des couches de papier.

 

 

 

 

 

Roberto Borghi, conservateur de l'exposition permanente de Minjung Kim au musée d'Art Moderne d’Ascona, Italie, commente le travail de Minjung Kim :

« L'art asiatique oriental est inconscient du contraste qui existe entre la tête d'avant-garde et la tradition. Dans le monde oriental la recherche artistique la plus avancée est souvent marquée par une fidélité extrême aux pierres angulaires de la pensée traditionnelle aussi bien qu'aux fondations de l'esthétique occidentale. La présence simultanée de la tradition orientale et de la modernité des formes occidentales accentuent également le travail de Minjung Kim.

Dans les peintures de cette artiste, née dans Gwangju, en République de Corée, la réflexion sur le vide imprègne chaque geste et instrument utilisés dans la création. La vacuité mentionnée dans les livres orientaux sacrés n'a rien à faire avec le vide, de cette manière on ne peut le comprendre que par la science et la philosophie occidentales. Le centre du travail de Minjung Kim n'est ni l'absence de la substance, ni l'abîme du non-sens, mais plutôt une dimension marquée par une fluidité extrême du cosmos et par la présence d'une énergie primordiale, qui est évoquée et donnée par chaque geste.

 

L'élément central dans le travail de cette artiste est l'espace laissé vide sur la toile papier de riz. Les lignes tracées par l'encre ou l’aquarelle, aussi bien que celles marquées par le feu, ont pour but de soumettre à une contrainte cette vacuité, et pour souligner une telle absence significative qui reflète la privation originale et le vertige cosmique. Le vide auquel le travail de Minjung Kim se rapporte est une sorte de cavité de l'espace-temps, qui rassemble en elle-même plusieurs options de développement. L'espace est une variable fortement mobile, aux frontières fluctuantes et aux formes prédéfinies. Pour cette raison Minjung Kim tend à rendre cet espace perceptible par l'utilisation de taches et de dilatations chromatiques qui suggèrent une expansion continue d'énergie. Le temps, aussi bien que l'espace, est une mutation interminable. Afin de capter et d’exprimer ce mouvement perpétuel, les peintures de Minjung Kim se fondent sur le rythme doux de ses gestes aussi bien que sur l'harmonie des lignes colorées qui labourent la toile de papier de riz. En outre, le temps est représenté de manière suggestive par la combustion de la toile elle-même. Le feu représente efficacement le dépassement rapide des faits et leur « retour au vide. »

Ce concept extrêmement oriental est transcrit par l'artiste coréen dans une langue occidentale expressive, initiée par les travaux de Paul Klee, de Franz Kline, de Robert Motherwell, de Jules Bissier, et d'autres figures de la peinture européenne et américaine des années 1900's. Ces artistes, d'une part, ont touché plusieurs points formels de la culture Extrême-orientale. D'un point de vue technique la transmission est moins évidente. Minjung Kim réalise exclusivement des peintures à l’encre, art le plus significatif et symbolique de tous les arts orientaux, basé sur la présupposition que l’encre contient la racine de toutes les choses. Néanmoins, les taches d'encre côtoient les nuances vaporeuses des filaments minces de l’aquarelle afin de souligner que la totalité, pour être exprimées, a besoin de la grâce indéfinie du fragment. »

Expositions personnelles :

 

1991 : Seoul Baik Song Gallery

Gwangju Injae Art Museum

1996 : Milano Galeria Arte Borgogna

Forte dei Marmi Galleria Kontrast

1997 : Napoli Capella di Villa Ruffolo Ravello

1998 : Milano Galeria Cafiso

1999 : New York Wickeiser Gallery

2002 : Torino Galleria Recalcati

Copenhagen Copenhagen Gallery

 

Expositions collectives :

 

1985 : Seoul, Arte Visual Coreana Moderna

Seoul, Art Center, chunchu

Seoul, Kwanhoon art Museum, Yiyeon

1986 : Seoul, Art Center, chunchu

Seoul, Museum of Kong lk, Lavori Pictura Coreana

Seoul, Kwanhoon art Museum, Yiyeon

Seoul, Kwanhoon art Museum, Hnmoinm Incisione

Seoul art Center, pitura Coreana, La Sua Diversita

Seoul Kyung In art Museum, Pittura Orientala Hong Ik

 

1987 : Seoul, Seoul City Museum, Chunchu

Seoul, Dongduk Gallery, Yiyeon

Seoul, art Center, Neo expressionisme Pitura coreana

Seoul, Kwanhoon Art Museum, Ricerca Pittura Coreana

Seoul 13 Gallery Post art

Seoul Chunbuk art Center,

Seoul Chunbuck Art Center, Sezione di Pittura Coreana

1988 : Seoul “Yiyeon” Group, Kwanhoon Art Museum

Seoul “ Consapevolezza della Transizione nella Pittura Coreana Moderna” Kwanhoon Art Museum

Osaka “Chunchu” Group Osaka international culture Exchange Center

Seoul “Arte Plastica per Oggi e Domani- 16 artiste”, Dongduk art gallery

Seoul “Yeobaik Group” Baikak Art Center

Seoul “Nuova Arte Plastica” Chunbuk Art Center

1989 : Seoul “Corrente Seoul” Art Center

Seoul “Pittura Coreana – 43 Artisti” Chosun Press Center Museum

1990 : Seoul “Pittura Coreana – Prospettiva Anni” 90 Art Center

Seoul “Notte con gli Artisti Intercontinental” Hotel

1991 : Kwachun “Arte Pura Coreana” National Museum of Modern Art

1994 : Venezia “Brera a Venezia Liceo Artistico Statale

Fano “Dove Sostani gli Dei” Centro Storico di Saronno

Fano “Primo Premio Concorso Internationale Fanum Fortunae”

Trapani Sequenze d’arte Contemporanea, Torre di Ligny- Museo della Preistoria

Milano « Salon I ‘94 » Galleria Arte Borgogna

London “Concorso S.B.C. Europeo’94” Swiss Bank House

Bologna “Mostra colletiva” Galeria Cafiso

Torino “Artissima ‘94”

Montichiari “Expo Arte Citta di Montichiari

Padova «  Arte Padova »

Firenze « Internationale Arte Contemporanea »

Milano « La stempa originale » Civica Bibliotheca d’arte del Castelo Sforzesco

1995 : Bologna « Arte Fiera »

Milano « Miart »

Montichiari « Montichiar »

Torino «  Artissima ’95 »

Padova « Arte Padova »

Firenze « Internationale Arte Contemporanea »

Hiroshima « Internationale exhibition of Art College Hiroshima’95 »

Milano “ Quali differenze ” Galleria Arcadia Nuova

Milano “ Mostra colletiva ” Galleria Casifo

Milano ” Salon I” Living Art Gallery

Forte dei Marmi “Mostra Colletiva” Galleria Kontrast

1996 : Milano « Miart »

Milano  « Contemporanea Cafiso’96 » Galleria Cafiso

Bolzano « Mimesi »Galleria delle Casa di Risparmio di Caldaro

Montefiore Conca « « Nel Segno della Luna » Rocca Malatestiana

Gand «  Fiera del’arte »

1997 : Milano « Arti visive Circolo Cultural Bertold Brecht

Mantova « « Pittura et scultura del terzo millennio » Casa del Rigoleto

Milano « Mostra colletiva » Galleria Cafuso

Bologna “ Arte Fiera”

Milano « Miart »

1998 : Corbetta  « Mostra di incisioni » Sala Garssi

Spazio « Territori di frontiera »

Milano « Laboratorio Hajech

Milano « Ad Imaginem » Spazio Linati

Bologna “Arte Fiera”

Padova « Arte Padova »

1999 : Bologna « Arte Fiera »

Padova « Arte Padova »

2000 : Bologna « Arte Fiera »

Padova « Arte Padova »

2001 : Copenhagen «  Paris, New York, Washington D.C. The Odyssey 2001 » Embassy of the Korean

Republic

Copenhagen “Mostras colletiva”

Como “Simboli e simbolismi nell’arte contemporanea” Ticosa Spazio a Shed

Milano “Miart”

Bologna “Arte Fiera”

2002 : Bologna « Arte Fiera »

Milano «  « Miart »

Padova « Arte Padova »

Milano « Mostra colletiva »